Viktor Orban appelle les États à défendre « le modèle de la famille traditionnelle » pour lutter contre l’immigration

Par Séraphin Parmentier
6 septembre 2019 Mis à jour: 6 septembre 2019

Pour le chef de l’exécutif hongrois, la mise en place de mesures volontaristes destinées à encourager la natalité constitue un élément clef pour répondre au défi démographique auquel le Vieux Continent fait face. 

Ce jeudi, le Premier ministre hongrois a présidé une réunion internationale organisée à Budapest pour promouvoir « le modèle de la famille traditionnelle » et encourager le développement de politiques natalistes au nom des « valeurs chrétiennes ».

Viktor Orban s’est exprimé devant de nombreuses personnalités politiques telles que le président serbe Aleksandar Vucic, le premier ministre tchèque Andrej Babis et l’ancien chef de l’exécutif australien Tony Abbott.

Des ministres en exercice venus de la Bulgarie, de la Pologne, de la Lettonie, du Brésil, du Bangladesh ou du Cap-Vert ainsi qu’un représentant du Congrès américain et des personnalités religieuses avaient également fait le déplacement.

Des mesures volontaristes pour encourager la natalité

Depuis une dizaine d’années, la Hongrie a progressivement mis en place une série de mesures destinées à encourager la natalité, le pays présentant l’un des indices de fécondité les plus bas de l’OCDE avec 1,49 enfant par femme. Un indice en hausse depuis 2010 où il était de 1,25 enfant par femme.

Parmi les dispositions prises récemment par le chef de l’exécutif hongrois figurent notamment l’exonération à vie d’impôts sur le revenu pour les mères ayant au moins quatre enfants, une aide financière d’un peu plus de 30 000 euros pour l’achat d’un logement accordée aux couples qui s’engagent à avoir trois enfants dans les dix prochaines années, la création de 21 000 places de crèche supplémentaire ou encore l’instauration d’un congé grand-parental.

Défendre les valeurs chrétiennes et la famille traditionnelle contre l’idéologie progressiste

Fervent défenseur de l’héritage chrétien du Vieux Continent, Viktor Orban a affirmé que le succès des mesures destinées à favoriser la natalité était lié à « la résurgence du christianisme en Europe », rapporte Le Figaro.

« Si nous acceptons l’immigration comme une solution [aux problèmes de natalité, ndlr], alors nous contribuons au remplacement des populations », a-t-il ajouté.

Contempteur de l’idéologie progressiste – il a notamment interdit l’enseignement de la très controversée théorie du genre dans les universités hongroises en 2018 – et du multiculturalisme, le président du Fidesz n’a pas non plus hésité à qualifier d’« idiote » et de « contre-nature » l’idée véhiculée par certains militants écologistes qui consiste à avoir moins d’enfants pour lutter contre le réchauffement climatique.

Le dirigeant hongrois a également appelé à « inscrire dans la Constitution » les politiques « pro-famille ».

RECOMMANDÉ