Une ville chinoise lance une nouvelle série de tests pour le Covid-19 malgré un taux de vaccination prétendument élevé

Par Rita Li
23 juillet 2021
Mis à jour: 23 juillet 2021

Les autorités de Ruili ont annoncé qu’elles allaient procéder à une nouvelle série de tests locaux du Covid-19 le 20 juillet, après que la ville a prétendument atteint un taux de vaccination de près de 97 %. Les habitants sont désormais forcés à rester en quarantaine chez eux.

Mercredi, la Commission nationale de la santé de Chine a confirmé 22 nouveaux cas de Covid dans le pays au cours des dernières 24 heures, dont huit dans la province du Yunnan. La veille, le Yunnan avait signalé 49 infections, dont 41 cas parmi les résidents rentrés de Birmanie (également connue sous le nom de Myanmar).

Les autorités ne classent pas les cas asymptomatiques comme des cas confirmés.

Ruili, une ville sous-préfecture du sud-ouest du Yunnan, limitrophe de la Birmanie, a signalé sept cas confirmés le 19 juillet. Il s’agit de la quatrième épidémie locale depuis l’année dernière. La ville compte environ 270 000 habitants.

Le 6 juillet, le média d’État CCTV a affirmé que la préfecture de Dehong, où se trouve Ruili, avait atteint un taux de vaccination élevé de 96,92 % pour les habitants locaux. Presque tous les habitants qui remplissaient les conditions de vaccination avaient reçu au moins une dose d’un vaccin de fabrication chinoise.

Le centre de commandement municipal pour le contrôle et la prévention du Covid-19 à Ruili a annoncé un nouveau cycle de tests d’acide nucléique, qui a débuté le 20 juillet, alors que la ville restait sous confinement.

Le pic actuel de cas de Covid marque un autre groupe d’infections en Chine impliquant la souche Delta, qui se répand rapidement et est très contagieuse. Cependant, des habitants s’inquiètent de la façon dont les autorités gèrent la pandémie en cours.

Wang (pseudonyme), un étranger travaillant à Ruili, a déclaré à Epoch Times le 20 juillet que les autorités ont demandé à tous les habitants de Ruili de se faire tester près de sept ou huit fois. Mais la plupart des personnes qui ont été récemment infectées par le virus n’ont été testées qu’une seule fois, a-t-il affirmé.

Les autorités chinoises ont déclaré que la dernière épidémie à Ruili a commencé le 4 juillet. Cependant, Wang affirme que l’épidémie a commencé quelques jours plus tôt.

« Cela devrait être le 28 juin, mais il s’agissait d’une information interne, non annoncée au public », a-t-il déclaré.

Wang a critiqué la politique de confinement, qu’il juge trop rigide et qui cause des difficultés aux habitants, et il a déclaré que les autorités auraient pu gérer la situation de manière plus « humaine ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ