Une ville chinoise est totalement confinée après la confirmation de deux infections par le virus du PCC

Par Nicole Hao
17 septembre 2020
Mis à jour: 17 septembre 2020

Les autorités chinoises ont bouclé la ville de Ruili, dans le sud-ouest de la province du Yunnan, le 14 septembre, obligeant toute personne souhaitant entrer ou sortir de la ville à demander un permis spécial.

Le gouverneur du Yunnan, Ruan Chengfa, a annoncé le 14 septembre que les régions frontalières avec la Birmanie, le Laos et le Vietnam avaient acquis le « statut de temps de guerre » pour éviter une nouvelle épidémie.

Les autorités ont affirmé que le confinement avait pour but d’empêcher le virus du PCC* (virus du Parti communiste chinois) de se propager après que deux personnes, qui ont franchi illégalement la frontière entre la Birmanie et Ruili, ont été diagnostiquées avec le Covid-19 le 13 septembre.

Mais la politique de quarantaine d’une ville voisine suggère que l’épidémie est plus grave que ce que les autorités de Ruili ont laissé entendre.

Les habitants de Ruili ont déclaré à Epoch Times lors d’entretiens téléphoniques que les autorités ont soudainement installé des barres de fer pour sceller leurs enceintes résidentielles et ne leur ont pas laissé le temps de se préparer à l’avance.

« C’est maintenant le deuxième jour du confinement. Je ne peux déjà plus le supporter. Je me sens très déprimé. J’ai perdu ma liberté. Je suis très en colère d’être coincé ici », a déclaré Zhao Liang (pseudonyme), qui vit dans l’enceinte résidentielle d’Aoxing Century II.

FOCUS SUR LA CHINE – La Chine menace-t-elle l’ordre du monde ?

Les autorités ont également renforcé le contrôle des frontières. Le 14 septembre, elles ont déclaré qu’un tribunal de Ruili avait condamné 3 personnes à 8 mois de prison et à une amende de 5 000 yuans (627 €) pour avoir franchi illégalement la frontière entre la Birmanie et le Yunnan.

Selon le Quotidien du peuple, un journal d’État, ces trois personnes sont des ressortissants chinois qui se sont rendus en Birmanie en avril et ont franchi la frontière à Ruili quelques jours plus tard.

Bien que Ruili n’ait signalé que 2 cas d’importation de Covid-19, les autorités de Tengchong – une ville voisine qui a également une frontière avec la Birmanie – ont annoncé le 15 septembre que toutes les personnes arrivées à Tengchong en provenance de Ruili après 22 heures le 14 septembre devaient retourner à Ruili.

Les personnes qui ont quitté Ruili entre 12 et 22 heures le 14 septembre et qui sont arrivées à Tengchong doivent payer pour un test d’acide nucléique et se mettre en auto-quarantaine chez eux, a déclaré le gouvernement.

Le commentateur des affaires chinoises Tang Jingyuan, basé aux États-Unis, a déclaré à Epoch Times : « Les gouvernements chinois ne rapportent pas la véritable ampleur d’une épidémie ou d’autres catastrophes. Le fait que le gouvernement de Tengchong ait rejeté tous les habitants de Ruili et que la ville de Ruili ait été complètement confinée indique que l’épidémie de Ruili pourrait être plus grave. »

Les résidents sont testés pour le Covid-19 à Ruili, dans la province du Yunnan dans le sud-ouest de la Chine, le 15 septembre 2020. (STR/AFP via Getty Images)

Le confinement

Ruili compte environ 210 000 habitants. Elle partage une frontière de plus de 160 km avec la Birmanie. Les habitants des deux côtés de la frontière parlent le même dialecte. Beaucoup ont des membres de leur famille qui vivent de part et d’autre de la frontière.

Une grande partie du commerce du jade birman est expédiée en Chine via Ruili, où se trouvent de nombreuses usines de transformation du jade et des détaillants de jade.

Bien que la Ville ait fermé les complexes résidentiels Aoxing Century I et Aoxing Century II dans la soirée du 12 septembre, elle n’a pas annoncé les derniers cas de Covid-19 avant le 14 septembre au matin.

Xie Dapeng, maire de Ruili, a déclaré lors d’une conférence de presse le soir du 14 septembre qu’une femme de 32 ans nommée Yang était entrée illégalement en Chine avec ses trois enfants et deux nourrices le 3 septembre. Tous sont détenteurs de passeports birmans. Après leur arrivée à Ruili, les six personnes vivaient dans l’appartement de la sœur de Yang, dans l’enceinte de l’immeuble résidentiel d’Aoxing Century I.

Le 10 septembre, Yang a perdu son odorat et son goût. Sa sœur l’a emmenée à l’hôpital. Yang et la nounou Yi, âgée de 16 ans, ont été testées positives au Covid-19 le 12 septembre et ont été officiellement diagnostiquées le 13 septembre.

Vers 18 heures le 12 septembre, les autorités ont rapidement bouclé les complexes résidentiels d’Aoxing Century I et d’Aoxing Century II.

Xie Dapeng a déclaré aux journalistes que tous les magasins de jade avaient été fermés à minuit le 13 septembre, et que toute la ville avait été confinée le 14 septembre. Seuls les supermarchés, les pharmacies et les marchés alimentaires en plein air ont été autorisés à fonctionner.

Dans le même temps, tous les habitants de Ruili sont tenus de passer des tests d’acide nucléique.

Yang Mou, maire adjoint de Ruili, a déclaré lors de la conférence de presse que la ville compte 11 hôpitaux, avec une capacité de traitement de 1 540 patients. La Ville a désigné l’hôpital Zhongdai de Ruili comme centre de traitement du Covid-19, avec 291 lits.

Le 14 septembre, la chaîne de télévision publique CCTV a annoncé que la préfecture de Dali a envoyé 200 membres du personnel médical à Ruili, tandis que la Ville de Mang a envoyé 61 membres du personnel médical pour aider à traiter les patients.

Les résidents sont testés pour le Covid-19 à Ruili, dans la province du Yunnan dans le sud-ouest de la Chine, le 15 septembre 2020. (STR/AFP via Getty Images)

Des résidents déprimés

« On m’a dit que nous [la ville de Ruili] sommes en alerte de niveau 1 », a déclaré un propriétaire d’entreprise qui vit dans le complexe résidentiel d’Aoxing Century I.

Un homme d’affaires dans le secteur du jade a dit qu’il y a normalement entre 100 000 et 200 000 personnes qui font le commerce du jade à Ruili chaque jour, mais maintenant toutes les opérations ont cessé.

Une autre résidente de Ruili a déclaré que son enfant étudie à Mang city, située à environ une heure de route en voiture. L’école a dit à l’enfant de passer un test d’acide nucléique et de se mettre en quarantaine dans le dortoir.

La résidente a déclaré que son enfant n’était pas revenu récemment à Ruili, mais qu’il était traité différemment parce que sa famille vit à Ruili.

Zhao Liang, une résidente d’Aoxing Century II, a déclaré : « On nous a dit que la quarantaine serait d’au moins deux semaines. »

Mme Zhao a dit qu’elle et ses voisins ont passé des tests d’acide nucléique les 12 et 13 septembre.

« Ils ont utilisé des barres de fer pour sceller toutes les portes. Personne ne peut entrer dans notre complexe résidentiel », a dit Zhao. « Étant enfermée chez moi, je suis très déprimée. »

Elle a dit que les autorités locales ont demandé à tous les résidents de déposer 1 000 ¥ (125 €) sur un compte WeChat Pay comme crédit, puis l’équipe de gestion du complexe résidentiel utiliserait le crédit pour leur acheter des provisions.

Par crainte de représailles de la part des autorités, les personnes interrogées ont choisi de ne pas divulguer leur nom.

Le 15 septembre, le groupe média chinois Caixin a rapporté que le confinement a provoqué une hausse spectaculaire des prix des denrées alimentaires à Ruili. Les résidents qui vivent dans d’autres enceintes n’ont pas non plus été autorisés à quitter leur maison.

Un habitant de la ville a déclaré à Caixin qu’il était allé faire des courses à 2 heures du matin le 14 septembre après avoir entendu parler du confinement. « Tous les légumes et la viande avaient été rapidement vendus. Le prix du porc a augmenté à plus de 60 ¥ par 500 g[environ 7,50 € par 500 g] », a déclaré le résident à Caixin.

Dans le Yunnan, le prix moyen du porc est normalement de 24 à 31 ¥ pour 500 grammes (3,88 à 4 €), selon les rapports du marché chinois.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ