Vincent Lambert: le pape appelle à « protéger la vie »

20 mai 2019 Mis à jour: 20 mai 2019

Le pape a appelé lundi dans un tweet à protéger la vie « du début à la fin naturelle », un message que son porte-parole a partagé en appelant explicitement à prier pour le Français Vincent Lambert.

« Prions pour ceux qui vivent dans un état de grave handicap. Protégeons toujours la vie, don de Dieu, du début à la fin naturelle. Ne cédons pas à la culture du déchet », a écrit le pape François dans un message publié sur tous ses comptes Twitter de différentes langues.

Le directeur de la salle de presse du Saint-Siège, Alessandro Gisotti, a été plus explicite en retweetant le message avec la mention en français: « Prions pour Vincent Lambert ». Vincent Lambert, 42 ans, est un tétraplégique en état végétatif depuis plus de dix ans à la suite d’un accident de la circulation.

Sa femme, son neveu et cinq de ses frères et sœurs dénoncent depuis des années un acharnement thérapeutique. L’interruption des traitements le maintenant en vie a débuté lundi matin, provoquant la colère de ses parents, fervents catholiques, qui espèrent encore que de nouveaux recours judiciaires stoppent « cette folie ».

Le pape, qui estime qu’il faut respecter le terme naturel de la vie, est farouchement opposé à toute forme d’euthanasie. Mais il se montre critique sur « l’acharnement thérapeutique » prolongeant artificiellement la vie de manière peu humaniste. Fin 2017, dans une lettre à une centaine d’experts de l’Association médicale mondiale (AMM) réunis au Vatican, il avait jugé « positives » les avancées de la médecine permettant d’allonger la durée de vie et d’éliminer de nombreuses maladies.

Tout en apportant un bémol: « j’en appelle à une plus grande sagesse aujourd’hui, en raison de la tentation d’insister sur des traitements qui ont des effets puissants sur le corps mais qui parfois ne servent pas au bien-être intégral de la personne ». Pour le pape argentin, il est donc « moralement licite de renoncer à des soins thérapeutiques ou à les arrêter, lorsque leur usage n’est pas en adéquation avec les standards éthiques et humanistes ». 

Une telle décision reconnaît « les limites de notre mortalité » et remet au premier plan « l’accompagnement aux personnes mourantes » traduit par l’approche médicale des « soins palliatifs » et la présence de ses proches. Dans une tribune publiée lundi dans observatoire Romano, journal officiel du Vatican, un professeur de la faculté de médecine et de chirurgie de l’université catholique du Sacré-Cœur à Rome s’est indigné du sort réservé au Français.

La décision d’arrêter l’alimentation et l’hydratation de Vincent Lambert est « inacceptable et indigne d’une société fondée sur le respect et l’accueil de la vie de chacun », a écrit le père Roberto Colombo.  Le professeur estime que le patient n’est pas en fin de vie et ne fait pas l’objet d’un acharnement thérapeutique, n’étant ni connecté à un appareil respiratoire, ni soumis à une stimulation cardiaque.

Une petit groupe de militants a voulu aussi soutenir lundi les parents de Vincent Lambert en organisant un « sit-in » devant la chambre des députés italienne à Rome.

D.C avec AFP

RECOMMANDÉ