Violences conjugales: au cours d’une dispute, elle tue son compagnon qui la battait fréquemment

Par Emmanuelle Bourdy
22 mai 2020
Mis à jour: 22 mai 2020

Soupçonnée d’avoir tué son compagnon, une jeune femme de 24 ans, originaire de Siran (Hérault) a été placée en détention provisoire. Fréquemment victime des coups de son compagnon, les avocats de la jeune femme estiment qu’elle n’a fait que se défendre.

Les faits se sont passés la semaine dernière dans le petit village de Sainte-Marie-du-Mont (Isère), dans la nuit de dimanche à lundi, relate Le Parisien. Le couple, originaire de l’Hérault, avait terminé son travail dans les stations de sports d’hiver de la Maurienne et vivait dans un mobile home à Sainte-Marie-du-Mont. Une fois le confinement arrivé, il ont décidé de prolonger leur séjour à cet endroit. Le mobile home était installé sur une exploitation agricole non loin du centre de la commune.

Dimanche soir, le couple revenait d’un barbecue chez des amis lorsqu’une dispute a explosé, pour une histoire de cigarettes, selon le journal. L’homme, âgé de 28 ans, a saccagé le logement et serait devenu violent envers sa compagne. Celle-ci aurait tenté d’appeler son cousin à l’aide mais en vain. L’homme, toujours sous le coup de l’énervement et visiblement alcoolisé, aurait de nouveau frappé sa compagne. Voulant se défendre, celle-ci aurait pris un couteau, lui demandant de ne pas approcher d’elle. On ignore si l’homme a avancé mais, à un moment, la jeune femme a porté un coup fatal dans le cœur. Titulaire d’un brevet de secourisme, la jeune femme aurait tenté de le sauver, avant d’appeler les secours.

Le Parisien explique encore que la jeune femme était fréquemment victime de violences conjugales. Les proches seraient plusieurs fois intervenus pour la protéger des accès de violences de son compagnon. En janvier, l’homme aurait même tenté de l’étrangler.

Les avocats de la jeune femme, maîtres Florian Medico et Luc Abratkiewicz, ont indiqué à Midi libre : « La question de la légitime défense se pose clairement, elle était dans une impasse, elle n’a pas eu d’autre choix. La place de cette jeune fille n’est pas en prison, l’autorité judiciaire n’a pas assez de recul pour comprendre sa situation dramatique. Elle a tout fait pour éviter ça, jamais elle n’a voulu la mort de l’homme de sa vie. »

La jeune femme, qui a été placée en détention provisoire, a expliqué qu’elle s’était défendue. Ses avocats soutiennent qu’elle ne devrait donc pas se trouver en détention provisoire.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ