Vire Normandie : obligé de dormir sous la tente, un quinquagénaire doit trouver un logement avant le 15 septembre

Par Emmanuelle Bourdy
31 août 2021
Mis à jour: 31 août 2021

Stéphane Sass, quinquagénaire, a pour le moment planté sa tente dans le camping municipal de Vire Normandie (Calvados). Il vient de décrocher un CDI mais n’a pas de logement. Une situation précaire à laquelle il souhaite mettre fin.

Depuis le 17 juillet 2021, Stéphane Sass, un homme âgé de 51 ans, s’est installé dans le camping municipal de Vire Normandie, faute de logement. Mais si cette situation n’est pas confortable, elle ne désespère pas pour autant le quinquagénaire. « Je suis toujours positif. Je ne lâche rien. Il n’est pas question de devenir un clochard. Je ne me laisse pas aller. Ce n’est pas mon genre », indique-t-il à Actu.fr.

Le plus important pour Stéphane Sass, c’est d’avoir décroché un CDI au rayon poissonnerie d’un supermarché de Vire Normandie. Après avoir passé de nombreuses années sur Paris où il a mené une partie de sa carrière professionnelle, ce poissonnier breton ne voulait pas poursuivre sa vie dans la capitale et avait pour projet de rejoindre sa famille à Sourdeval (Manche).

Et le camping municipal fermera ses portes le 15 septembre…

Des situations difficiles, Stéphane Sass en a connu d’autres, lorsqu’il s’est engagé en tant que volontaire lors de son service militaire. Actu.fr explique que durant 18 mois, il « était chargé de la protection des zones militaires sensibles », dans le 6e RHC. C’est dans ces conditions que le poissonnier s’est forgé un caractère de combattant, avec au cœur, une détermination et une volonté forte, celle de s’en sortir. D’autant plus qu’il apprécie son métier. « J’aime le contact avec les clients, entamer la discussion et les conseiller pour établir un lien de confiance », a-t-il expliqué à Actu.fr.

Après toutes les démarches qu’il a déjà entamées, notamment auprès des services sociaux, pour trouver un logement, il n’a pour le moment aucune issue. De plus, sans économies, la recherche devient plus corsée. Sans compter que le camping municipal fermera ses portes le 15 septembre. « Je sais que je suis limité dans le temps, mais la priorité c’est mon travail », précise-t-il, ajoutant que s’il le faut, il dormira dans sa voiture mais ne veut en aucun cas retourner sur Paris.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ