Le virus du PCC a probablement été introduit sur le marché chinois par des humains, et non par des animaux, selon une étude

Par Zachary Stieber
22 mai 2020
Mis à jour: 22 mai 2020

Le virus du PCC* a probablement été introduit sur un marché aux animaux vivants de Wuhan, et selon les chercheurs, il serait à l’origine de la pandémie chez l’homme.

Des scientifiques du Canada et des États-Unis ont examiné des échantillons environnementaux provenant du marché aux animaux vivants dans l’épicentre de l’épidémie et les ont trouvés « génétiquement identiques aux isolats humains du CoV-2 du SRAS », ont-ils écrit dans une étude préliminaire (pdf)*.

* Un papier pré-imprimé (pre-print doi) est un document qui n’a pas fait l’objet d’un examen par les pairs.

SARS-CoV-2 est le nom technique du virus du PCC (virus du Parti communiste chinois).

Les échantillons du marché étaient « très probablement de source humaine », ont-ils ajouté.

Les responsables chinois ont d’abord suggéré qu’un marché aux animaux vivants était l’endroit d’où provenait le virus, certains vendeurs y commercialisant des animaux exotiques. Les coronavirus circulent parmi les animaux et ne sont que rarement transmis à l’homme.

« Les génomes du SRAS-CoV-2 dans les échantillons du marché provenaient très probablement d’humains infectés par le SRAS-CoV-2, qui étaient vendeurs ou visiteurs au marché. Si des animaux hôtes intermédiaires étaient présents sur le marché, il n’en reste aucune preuve dans les échantillons génétiques disponibles », ont écrit les scientifiques.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Ils ont comparé des échantillons du nouveau virus avec le SRAS-CoV, apparu au début des années 2000. Ils ont trouvé « une absence surprenante de précurseurs ou de branches » pour le nouveau virus, « suggérant qu’il n’y aurait eu qu’une seule introduction de la forme adaptée du virus à la population humaine ».

Illustration (SEBASTIEN BOZON/AFP via Getty Images)

Les scientifiques ont déclaré qu’un certain nombre de questions restaient en suspens, mais ont souligné l’importance d’identifier comment le virus du PCC s’est adapté à la transmission humaine, invoquant le manque de preuves pour étayer définitivement l’une des théories avancées.

« Le SRAS-CoV-2 s’est-il transmis d’une espèce à l’autre chez l’homme et a-t-il circulé sans être détecté pendant des mois avant la fin de 2019 tout en accumulant des mutations adaptatives ? Ou le SRAS-CoV-2 était-il déjà bien adapté aux humains lorsqu’il était présent chez les chauves-souris ou chez une espèce intermédiaire ? Plus important encore, ce réservoir de virus progéniteurs adaptés à l’homme existe-t-il encore dans les populations animales ? On devrait même envisager la possibilité qu’un précurseur non génétiquement modifié se soit adapté à l’homme lors d’une étude en laboratoire, quelle que soit la probabilité ou l’improbabilité », ont-ils écrit.

Certains scientifiques ont avancé l’hypothèse que le virus provenait de chauves-souris avant de passer aux pangolins et aux humains. Mais « aucune preuve n’indique encore l’adaptation du CoV-2 du SRAS à l’infection humaine chez les pangolins ou la transmission du CoV-2 du SRAS des pangolins aux humains », ont déclaré les chercheurs dans la nouvelle étude.

Ils recommandent de prélever des échantillons du virus sur un plus grand nombre d’espèces pour essayer d’en déterminer les origines, notamment en prélevant des échantillons sur les marchés, les fermes et les populations sauvages.

Les auteurs sont Shing Hei Zhan, chercheur au département de zoologie et au centre de recherche sur la biodiversité de l’université de Colombie britannique et fondateur de la Fusion Genomics Corporation ; Benjamin Deverman, directeur du groupe de recherche sur l’ingénierie des vecteurs au Stanley Center for Psychiatric Research du Broad Institute du MIT et de l’université de Harvard ; et Yujia Alina Chan, chercheuse au Broad Institute.

Mme Chan a déclaré dans un courriel adressé à Epoch Times que l’étude a révélé que le SARS-CoV-2 « est bien adapté aux humains ».

L’article « a trouvé et déclaré qu’il n’y a actuellement aucune preuve génétique qui soutient la théorie selon laquelle le SRAS-CoV-2 provient d’un laboratoire », a-t-elle ajouté.

Le virus est apparu en Chine l’année dernière, les premiers cas ayant été signalés à Wuhan. La ville abrite un laboratoire de haut niveau.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC », parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ