Virus du PCC: « Il faudrait arrêter avec les chiffres de mortalité », selon Michel Cymes

Par Nathalie Dieul
26 mars 2020
Mis à jour: 26 mars 2020

Le médecin et animateur Michel Cymes estime qu’il est « inutilement anxiogène » de diffuser les chiffres de mortalité liés à l’épidémie du virus du PCC*, sans toutefois tomber dans l’autre extrême en prenant la crise sanitaire mondiale pas assez au sérieux en rassurant trop la population.

D’après le médecin et chirurgien spécialisé dans l’otorhinolaryngologie, le fait que les médias diffusent chaque jour les chiffres de la progression du nombre de décès, en France comme à l’étranger, est la cause directe du nombre d’appels au Samu multipliés par quatre, rapporte Le Point.

« Je crois qu’il faudrait arrêter avec les taux et les chiffres de mortalité », a écrit le célèbre médecin, qui est également animateur de télévision à France 2, dans le Journal du dimanche le 22 mars dernier. « C’est inutilement anxiogène. »

D’un côté, les médias ne font que leur travail en diffusant le décompte officiel du gouvernement du nombre de décès liés au virus de Wuhan, qui sont d’information publique, mais cela crée la panique parmi la population. D’un autre côté, ne pas les dévoiler pourrait provoquer la suspicion des gens par rapport au gouvernement. Alors, il faut  se réajuster au quotidien afin de trouver un « juste milieu ».

« Il nous faut rassurer d’un côté, sensibiliser de l’autre », ajoute Michel Cymes, qui ajoute qu’il est important de « débugger les fake news ». Pour cela, il préconise « une règle simple: se garder de toute intuition et rester dans la preuve. »

Le 10 mars, il s’était déjà exprimé sur le sujet des chiffres de mortalité, tentant de rassurer les téléspectateurs sur le plateau de l’émission Quotidien. Cependant, il avait été trop rassurant et avait dû faire son mea culpa quelques jours plus tard.

« D’un côté, il faut lutter contre la psychose, qui est déjà installée, en disant que 80 % des cas sont des formes bénignes, que 98 % des personnes touchées vont guérir », avait-il déclaré sur le plateau de C à vous. « De l’autre côté, le fait de dire aux gens ne paniquez pas, fait que les gens se disent: si je l’ai, ce n’est pas si grave ou je ne suis pas concerné. »

*Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, responsable de la maladie du Covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti Communiste Chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

RECOMMANDÉ