Vladimir Poutine ordonne à l’armée russe de réagir après les essais de missiles de croisière américains

Par Zachary Stieber
24 août 2019 Mis à jour: 24 août 2019

Le 23 août, le président russe Vladimir Poutine a ordonné une intervention réciproque au récent essai de missiles des États-Unis.

Le 18 août, l’armée américaine a testé un missile de croisière qui aurait été interdit par le traité des forces nucléaires à portée intermédiaire, dont le pays s’est retiré plus tôt ce mois-ci en raison de ce qu’il a qualifié de violations répétées du traité par la Russie.

« Les données recueillies et les enseignements tirés de ce test permettront au Département de la défense de mettre au point de futures capacités de portée intermédiaire », a déclaré le ministère des États-Unis dans un communiqué.

M. Poutine a déclaré vendredi à son Conseil de sécurité que la Russie devait réagir, ajoutant que les discussions américaines sur le déploiement de missiles dans la région Asie-Pacifique « affectent nos intérêts fondamentaux car elle est proche des frontières russes », a rapporté Reuters.

Les États-Unis ont testé un missile à portée intermédiaire en Californie le 19 août 2019. (Ministère de la Défense)

Le secrétaire à la Défense, Mark Esper, a récemment déclaré aux journalistes que le Pentagone veut déployer des systèmes de missiles « sur le théâtre de l’Asie indo-PACOM ». L’acronyme fait référence au Commandement indo-pacifique des États-Unis.

M. Poutine a déploré que les États-Unis soient prêts à déployer des missiles en Roumanie et en Pologne.

« Tout cela ne laisse aucun doute sur le fait que l’intention réelle des États-Unis [en quittant le traité] était de […] se délier les mains pour déployer des missiles précédemment interdits dans différentes régions du monde », a déclaré M. Poutine.

« Nous n’avons jamais voulu, ne voulons pas et ne serons jamais entraînés dans une course aux armements coûteuse et économiquement destructrice. Cela dit, à la lumière des circonstances, j’ordonne au ministère de la Défense, au ministère des Affaires étrangères et aux autres organismes compétents d’analyser la menace que les actions américaines font peser sur notre pays et de prendre des mesures exhaustives pour préparer une intervention de réciprocité. »

La situation est survenue le lendemain d’un affrontement entre les États-Unis et la Russie aux Nations unies.

L’ambassadeur adjoint de la Russie, Dmitry Polyansky, a critiqué ce qu’il a qualifié « d’hypocrisie » des États-Unis en testant le missile qui aurait été interdit par le traité, affirmant que les États-Unis ont « violent constamment et délibérément le Traité FNI depuis quelque temps », a rapporté Radio Free Europe.

Cependant, l’ambassadeur par intérim des États-Unis, Jonathan Cohen, a répondu que la Russie avait violé le traité il y a des années, alors qu’il était encore en vigueur, une affirmation qui a été soutenue par l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN).

La Russie a déployé des bataillons de missiles de croisière lancés au sol « avec la capacité de frapper des cibles européennes critiques », a-t-il ajouté.

Les États-Unis ont également demandé des précisions sur ce qui s’était passé dans le nord de la Russie au sujet d’une explosion qui avait fait cinq morts parmi les ingénieurs nucléaires et provoqué un pic de rayonnement dans la région. « De quel système s’agissait-il, et à quoi servait-il ? », se demandait M. Cohen.

Jonathan Cohen, le représentant permanent par intérim des États-Unis, s’exprime auprès de l’Organisation des Nations unies (Spencer Platt/Getty Images)

La Russie et la Chine ont convoqué la réunion du Conseil de sécurité après que les États-Unis ont testé le missile dimanche. La Russie a déclaré qu’elle voulait se réunir au sujet des « déclarations des responsables américains sur leurs plans de développement et de déploiement de missiles à moyenne portée ».

De leur côté, les États-Unis ont demandé à la Chine d’adhérer à un traité nucléaire après qu’elle eut quitté le traité FNI.

L’ambassadeur adjoint de la Russie, Dmitry Polyansky, a déclaré que les pays européens devraient comprendre « qu’en raison des ambitions géopolitiques des États-Unis, nous sommes tous à un pas d’une course aux armements qui ne peut être contrôlée ou réglementée en aucune façon ».

La France a déclaré ne pas vouloir « une nouvelle course aux armements », tandis que Stephen Hickey, coordinateur politique de la Grande-Bretagne, a déclaré que les actions de la Russie « sont conformes à un modèle d’agression qui représente une menace claire pour la paix et la sécurité internationales », remettant en question son affirmation « d’être un partenaire international responsable ».

RECOMMANDÉ