Voici cinq des plus beaux oiseaux avec des plumes de la queue d’une fantaisie exquise

Par Daksha Devnani
24 juillet 2020
Mis à jour: 24 juillet 2020

Les oiseaux sont de toutes les formes et de toutes les tailles, et chacune de ces créations de la nature a un trait distinctif qui la différencie.

Si certains oiseaux exhibent un plumage remarquable, d’autres possèdent un long bec. Voici les cinq plus beaux oiseaux qui arborent de magnifiques plumes de la queue.

1. Le Paradisier républicain (Cicinnurus respublica)

Certains oiseaux n’ont pas besoin de nous étonner avec leurs plumes de la queue aux couleurs spectaculaires, ils peuvent simplement charmer l’œil de l’observateur avec leur queue et ses rectrices ornementales. Endémique en Indonésie, Beauty of Birds note qu’on trouve le Paradisier républicain dans les collines et les basses terres des forêts tropicales des îles Waigeo et Batanta, au large de la Papouasie occidentale.

(Serhanoksay/CC BY-SA 3.0)

Ces oiseaux plutôt petits possèdent une tête bleue nue saisissante tant chez le mâle que chez la femelle. Cependant, la couleur des plumes a tendance à différer, le plastron du mâle est noir et rouge tandis que la femelle est un oiseau brunâtre. Les deux plumes de la queue sont violettes et s’enroulent comme un fil de fer dans des directions opposées. Selon la liste rouge des espèces menacées de l’UICN, ces oiseaux sont classés comme presque menacés.

(Doug Janson/CC BY-SA 3.0)

2. Le Drongo à raquette (Dicrurus paradiseus)

On le trouve surtout en Asie. Il possède une queue d’hirondelle longue et prolongée par deux élégantes plumes qui se tordent un peu vers l’extrémité. Cet oiseau de taille moyenne possède un cou brillant et une crête qui s’incurve vers l’arrière. En vol, la queue de ces oiseaux ressemble à celle de deux grandes abeilles poursuivant un merle. Selon la liste rouge des espèces menacées de l’UICN, ces oiseaux sont classés comme étant les moins en danger.

(noicherrybeans/Shutterstock

3. Le Faisan de Lady Amherst (Chrysolophus amherstiae)

Originaire du sud-ouest de la Chine et du nord du Myanmar, ce bel oiseau a une grande collerette blanche écaillée de noir et de longues rectrices qui attirent l’attention et mesurent environ 80 cm de long. Ces oiseaux facilement reconnaissables se déplacent seuls ou en couple dans une épaisse végétation pendant qu’ils se nourrissent et peuvent donc être difficiles à repérer.

(Katoosha/Shutterstock)

La queue rayée noir et blanc de l’espèce mâle ainsi que son corps, qui présente de belles couleurs de vert, bleu, rouge et blanc, les distinguent. Bien que ces oiseaux puissent voler, ils préfèrent courir jusqu’à ce qu’ils puissent s’envoler à grande vitesse. Le Faisan de Lady Amherst est considéré comme une espèce dans la catégorie de préoccupation mineure sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN.

(Wang LiQiang/Shutterstock)

4. La Veuve de paradis (Vidua paradisaea)

Communément appelée Veuve de paradis, cette espèce semblable aux passereaux se trouve dans toute la région de l’Afrique subsaharienne. Ces petits passereaux au bec court et trapu se nourrissent de graines qui doivent mûrir et tomber au sol. En général, il est difficile de distinguer le mâle de la femelle en dehors de la saison de reproduction, car ils se ressemblent beaucoup ; tous deux possédant une tête terne, zébrée d’un brun grisâtre avec un bec foncé caractéristique et un double « C » sous l’oreille.

(Bernard DUPONT/CC BY-SA 2.0)

Cependant, lors de la saison de reproduction, le mâle se pavane avec une longue queue qui peut être trois fois plus longue que son propre corps. La couleur attrayante de son plumage offre un fort contraste entre le noir velouté et le roux et l’orangé. Sa queue distinctive est aplatie avec de courtes plumes bombées et de longues plumes effilées en forme de poignard. Selon la liste rouge des espèces menacées de l’UICN, ces oiseaux sont dans la catégorie de préoccupation mineure.

5. Le Paradisier grand-émeraude (Paradisaea apoda)

On les trouve dans les forêts de basse altitude et de colline ainsi que dans les plaines du sud-ouest de la Nouvelle-Guinée, des îles Aru et d’Indonésie. Ces oiseaux possèdent d’épaisses plumes jaunes ornementales en panache qui sont aussi longues que des fils et peuvent ressembler à des rubans torsadés.

(Saikhul/Shutterstock)

Cependant, ce sont ses dramatiques plumes jaunes floconneuses en panache qui peuvent se soulever vers le haut ou vers l’avant en enveloppant ses ailes qui rendent cet oiseau si attrayant. Lorsque le mâle trouve une femelle qui lui convient, il déploie ses ailes. Ces oiseaux se nourrissent principalement de fruits et d’insectes et se trouvent dans la catégorie de préoccupation mineure sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN.

(Wang LiQiang/Shutterstock)

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ