Voici comment aider une personne proche et chère qui envisagerait de se suicider

Par CNN
14 septembre 2020
Mis à jour: 14 septembre 2020

Toutes les 40 secondes, quelqu’un dans le monde s’enlève la vie.

Cela représente au moins 800 000 personnes par an, selon l’Organisation mondiale de la santé, et ce chiffre est en augmentation dans certaines régions du monde.

(Illustration – Stanislaw Mikulski/Shutterstock)

Les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) qualifient le suicide de « problème de santé publique croissant ».

Et ce n’est là qu’une partie du sombre tableau auquel il faut réfléchir, car la Journée mondiale de prévention du suicide a été célébrée récemment. Selon les CDC, pour chaque personne qui s’est suicidée, beaucoup plus de gens pensent au suicide ou font une tentative de suicide.

Tous les âges, toutes les races et tous les niveaux de revenus sont à risque, 79 % des suicides se produisant dans les pays à revenu faible ou moyen, selon l’OMS. Les jeunes peuvent être les plus touchés : le suicide est la troisième cause de décès chez les jeunes de 15 à 19 ans dans le monde, selon l’agence.

(Illustration – Krisana Antharith/Shutterstock)

En outre, les experts craignent que les pensées suicidaires ne s’intensifient en raison des difficultés économiques et du stress causé par la crise à laquelle le monde est actuellement confronté avec la pandémie actuelle du virus du PCC (virus du Parti communiste chinois).

« À moins que nous n’obtenions des ressources fédérales, étatiques et locales complètes pour améliorer l’accès à des traitements de santé mentale de haute qualité et à des soutiens communautaires, je crains que les choses ne s’aggravent considérablement en matière de toxicomanie et de suicide », a déclaré à l’époque le Dr Benjamin Miller, directeur de la stratégie chez Well Being Trust, à CNN.

Cependant, chacun d’entre nous peut contribuer à prévenir le suicide. Voici comment faire votre part.

Reconnaître les facteurs de risque

Il existe de nombreux facteurs de risque qui peuvent entraîner une augmentation des pensées suicidaires. Il est important de les reconnaître en vous-même ou chez un proche, disent les experts, car de nombreuses personnes ne parlent pas à l’avance de leurs pensées suicidaires.

La personne souffre-t-elle d’un trouble de l’humeur, d’anxiété, d’alcoolisme ou de toxicomanie, d’une maladie physique grave, ou a-t-elle des antécédents familiaux de traumatisme, d’abus ou de suicide ?

La perte d’une relation peut également déclencher un comportement suicidaire, en particulier pour toute personne ayant un sentiment d’isolement ou de manque de soutien social.

(Illustration – Goodbishop/Shutterstock)

Selon Suicide Prevention Lifeline, une personne qui croit que le suicide est une noble résolution d’un dilemme personnel est plus à risque, tout comme peut l’être le sentiment que demander de l’aide est stigmatisé.

Toute tentative de suicide antérieure est le facteur de risque le plus important, selon l’OMS, mais les gens peuvent également réagir à des vagues locales de suicides ou à la mort de célébrités célèbres rapportées dans les médias – les décès par suicide ont augmenté de 10 % après que le comédien Robin Williams a mis fin à ses jours en 2014.

Y a-t-il eu un coup économique récent ? C’est un autre facteur de risque et une réalité à laquelle sont confrontés des millions de personnes qui sont actuellement sans emploi en raison d’une perte d’emploi liée au Covid-19, de l’isolement social ou d’une quarantaine.

Parallèlement, les recherches montrent qu’un accès facile aux armes à feu est également un facteur de risque important.

Signes d’alerte

Là encore, tout le monde ne donne pas à ses amis et à ses proches des indices verbaux sur ses pensées suicidaires. C’est pourquoi il est important de reconnaître les signes avant-coureurs dans les actes comme dans les paroles.

(Illustration – Antonio Guillem/Shutterstock)

Méfiez-vous si votre proche :
1. Commence à chercher en ligne des moyens de se suicider, par exemple s’il cherche à acheter une arme à feu ou obtenir une prescription médicale
2. Augmente sa consommation d’alcool ou de drogues
3. Dort trop ou trop peu
4. Commence à se comporter de manière imprudente, par exemple en conduisant en état d’ébriété ou sans ceinture de sécurité
5. Apparaît agité, exprime sa rage ou parle de se venger
6. A des sautes d’humeur extrêmes, allant de l’euphorie aux profondeurs de la dépression
7. Semble se sentir désespéré ou parle de se sentir piégé ou de n’avoir aucune raison de vivre
8. Semble éprouver une douleur psychologique insupportable ou parle d’être un fardeau pour ses amis ou sa famille
9. Se retire ou s’isole des autres

Beaucoup de ces signes peuvent être difficiles à reconnaître pendant la pandémie, car les familles et les amis sont plus isolés et seuls. Veillez à appeler et à vous renseigner sur vos proches, et écoutez attentivement leurs préoccupations et la façon dont ils s’expriment.

(Illustration – wavebreakmedia/Shutterstock)

Coordonnées d’organismes de prévention du suicide

Partout dans le monde, vous pouvez appeler Jeunesse, j’écoute au 1-800-668-6868.

En France, au :

« Fil santé jeunes » : 0800 235 236 (numéro gratuit, plutôt à destination des jeunes).
« Suicide Écoute » : 01 45 39 40 00 (appels 24h/24).
« SOS Suicide Phénix » : 01 40 44 46 45 (horaires, aide téléphonique et hospitalité).
« Sos amitié » : Écoute par téléphone et internet, également pour les anglophones (messagerie instantanée, courriels).
« Croix-Rouge Écoute » : 0 800 858 858 (appel gratuit et anonyme).

En Belgique au 0800 32 123.

Au Québec, au 1-866-APPELLE.

En Suisse, le 147 offre une écoute et des conseils pour les jeunes, et le 143 permet d’appeler « La Main tendue, écoute et conseils adultes ».

D’autres lignes d’assistance téléphonique pour prévenir le suicide dans le monde peuvent être trouvées via l’adresse suivante : www.befrienders.org. Befrienders Worldwide a créé une application d’aide qui met les utilisateurs en contact avec le centre de soutien émotionnel le plus proche pour la partie du monde dans laquelle ils vivent – elle fonctionnera sur un ordinateur de bureau ou un téléphone portable.

FOCUS SUR LA CHINE – 3 typhons détruisent les cultures dans le Nord-Est en 2 semaines


Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ