Wei Jingsheng, célèbre défenseur de la démocratie chinoise soutient la poursuite en justice de Jiang Zemin

24 juillet 2015
Mis à jour: 2 septembre 2015

 

Plusieurs avocats, professeurs et dissidents chinois ont récemment annoncé leur soutien à la campagne menée par des citoyens chinois, visant à traduire l’ancien leader du parti communiste, Jiang Zemin, devant la justice pour crime contre l’humanité et génocide.

La dernière personnalité en date qui a rejoint le mouvement est Wei Jingsheng, un activiste chinois chevronné des droits de l’Homme et avocat pour la démocratie. Il est devenu un personnage public après avoir été emprisonné pendant une vingtaine d’années pour avoir demandé au régime chinois de se tourner vers un fonctionnement plus démocratique. C’était en 1979, deux ans seulement après la fin de la tumultueuse révolution culturelle. Il est de ce fait souvent considéré comme le père du mouvement démocratique chinois.

Dans une interview accordée à Epoch Times, Wei Jingsheng a dit qu’il « soutenait pleinement » les plaintes déposées par le biais du système judiciaire en place, contre la persécution du Falun Gong menée par Jiang Zemin.

Alors qu’il occupait le poste de leader du parti communiste chinois (PCC) en 1999, Jiang Zemin avait lancé une croisade personnelle pour essayer d’« éradiquer » le Falun Gong, une pratique spirituelle et traditionnelle chinoise, qui comprend des exercices physiques ainsi que des enseignements moraux. La persécution a pris la forme d’une campagne de haine digne de celle entreprise pendant la révolution culturelle. Les pratiquants emprisonnés se comptent par centaines de milliers. Nombre d’entre eux ont subi des lavages de cerveaux, des tortures jusqu’à l’invalidité physique et/ou mentale, voire à la mort, ainsi que de nombreux prélèvements forcés d’organes.

Wei Jingsheng a déclaré que la persécution du Falun Gong violait la constitution chinoise, qui garantit la liberté de croyance et la liberté d’expression. Torturer des pratiquants détenus va aussi à l’encontre de la loi pénale chinoise ainsi qu’à l’encontre de la loi sur la procédure pénale, qui criminalise les offenses faites contre les suspects et les condamnés.

Si la Chine d’aujourd’hui n’est pas à considérer comme une « société sans foi ni loi, » alors « une enquête doit être menée dans un cadre légal » sur Jiang Zemin et toutes les personnes impliquées dans cette persécution, a-t-il ajouté.

Ce graphique montre l'évolution du nombre de plaignants et de plaintes déposées à l'encontre du précèdent leader du PCC, Jiang Zemin, au 16 juillet dernier (Minghui.org).
Ce graphique montre l’évolution du nombre de plaignants et de plaintes déposées à l’encontre du précèdent leader du PCC, Jiang Zemin, au 16 juillet dernier (Minghui.org).

A ce jour, plus de 80 000 pratiquants de Falun Gong de Chine et d’ailleurs ont porté plainte auprès des plus hautes autorités judiciaires et cours de justices du pays, suite à la réforme judiciaire introduite en mai dernier. Cette réforme exige l’enregistrement et la prise en compte de toutes les plaintes. En cas de rejet de la plainte, un justificatif écrit, détaillant les motifs du rejet, doit être fourni.

Comme « Jiang Zemin a commis et fait commettre tant d’atrocités avec le soutien du PCC », Wei Jingsheng suggère que la prochaine cible des poursuites judiciaires soit le PCC lui-même.

« Nous demandons qu’une solution soit trouvée dans le cadre des lois actuelles, » ajoute-t-il. « Nous tiendrons cette même position jusqu’à l’effondrement du régime communiste. »

Si le parti venait effectivement à s’effondrer, « chaque personne » impliquée dans la persécution du Falun Gong devra tout de même « être jugée devant une vrai tribunal ».


Article rédigé avec les informations de Li Chen-mei

 

Version originale : Wei Jingsheng, Father of Chinese Democracy Movement, Supports Campaign to Prosecute Former Party Chief

 

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ