Wuhan: de nombreux patients atteints du coronavirus n’ont toujours pas reçu de traitements

Par Nicole Hao
11 février 2020 Mis à jour: 11 février 2020

Les habitants de la ville de Wuhan, l’épicentre de l’épidémie de coronavirus, appellent à l’aide, car les services médicaux et les hôpitaux de la ville sont débordés et ne peuvent plus prendre en charge l’afflux permanent des personnes malades.

Bien que les autorités aient ouvert près de 10 000 nouveaux lits d’hôpital à Wuhan, de nombreux patients atteints de coronavirus n’ont pas pu recevoir de traitement hospitalier, selon les témoignages de témoins oculaires. Certains ont été contraints d’attendre dans le froid pendant des heures, faisant la queue devant les hôpitaux.

Les autorités chinoises ont fait état de dizaines de milliers d’infections et de plus de 900 décès, mais les analyses d’experts et les témoignages en direct à Wuhan supposent que le nombre réel d’infections et de décès est bien plus élevé que ce que les autorités officielles ne rapportent.

Epoch Times s’est récemment entretenu avec le personnel et les responsables de cinq funérariums de Wuhan, qui ont fait état d’une augmentation de leur fréquentation, ce qui laisse penser que le nombre de décès dus à la maladie est plus élevé que ce qui est officiellement signalé.

Attendre dans le froid

Les Ren, un couple vivant dans le district de Jiang’an à Wuhan, sont tous deux atteints du coronavirus, mais l’état du mari est plus préoccupant.

« Mon mari a de la fièvre depuis plus de 10 jours. Nous avons essayé tous les moyens possibles pour recevoir des soins, mais ils [les hôpitaux et les fonctionnaires] nous ont demandé d’attendre », a déclaré Mme Ren à l’édition chinoise d’ Epoch Times le 8 février.

« Le seul traitement que nous recevons est une injection par jour à l’hôpital », a déclaré Mme Ren. « Nous allons à l’hôpital par nous-mêmes. Nous devons faire la queue, restant debout pendant des heures. »

Le 7 février au soir, l’hôpital a informé le couple que le mari pouvait être soigné dans un hôpital de fortune installé au Centre international de conférences et d’expositions de Wuhan. Ils ont fait leurs bagages et sont arrivés rapidement sur place.

« Nous avons attendu des heures devant la porte d’entrée. Le 8 février, à environ une heure du matin, le personnel a dit que le taux d’oxygène dans le sang de mon mari était trop bas et que l’hôpital ne pouvait pas l’accueillir [parce qu’ils ne pouvaient pas le soigner] », s’est plaint Mme Ren en pleurant.

Mme Ren a dit qu’ils avaient bien entendu parler des mauvaises conditions sanitaires qui régnaient dans ces installations de fortune, mais qu’ils avaient espéré pouvoir au moins recevoir un traitement minimum.

Tous deux n’ont finalement pas eu d’autre choix que de rentrer chez eux.

Un technicien de laboratoire travaillant sur des échantillons de personnes à tester pour le nouveau coronavirus au laboratoire « Fire Eye » à Wuhan, Chine, le 6 février 2020. (STR / AFP via Getty Images)

Des bus viennent chercher les malades à domicile

Les Shao vivent dans le quartier de Hankou à Wuhan. M. Shao a été diagnostiqué avec le coronavirus le 29 janvier, mais n’a pas pu recevoir de traitement, car tous les hôpitaux étaient pleins.

« Au début, mon mari avait de légers symptômes. Sa situation s’est aggravée davantage en raison du manque de traitement », a déclaré Mme Shao à l’édition chinoise d’Epoch Times le 8 février.

Le 7 février, M. Shao a été informé qu’il pouvait enfin recevoir un traitement à l’hôpital et que le chauffeur viendrait le chercher à son domicile.

« L’hôpital nous a dit qu’un chauffeur viendrait le chercher à 16 heures, et lui a demandé d’attendre au bord de la route. Mais personne ne s’est présenté avant 18 heures. Un grand bus est venu le chercher, puis a pris une trentaine d’autres patients sur le chemin de l’hôpital », a déclaré Mme Shao.

« À 22 heures, mon mari m’a dit qu’il attendait toujours dans le bus parce qu’il y avait plusieurs bus devant le sien, remplis de patients qui attendaient d’être hospitalisés », a déclaré Mme Shao.

Situation désastreuse

Les Zhang vivent dans le quartier de Jiang’an à Wuhan. La mère, le père et la fille sont infectés par le virus.

Les hôpitaux de la région sont pleins et ne peuvent pas accueillir sa mère, a déclaré Mme Zhang dans une interview à Epoch Times. Cependant, l’hôpital Hankou les a informées qu’il pouvait fournir des injections pour le traitement de sa mère.

À partir du 25 janvier, Mme Zhang a emmené sa mère à l’hôpital de Hankou en vélo électrique, car il n’y avait pas de transport public après que la ville a été fermée et mise en quarantaine.

Le 2 février, l’état de la mère s’est détérioré. Comme elle était trop faible pour se déplacer, elle est restée dans l’hôpital dans l’attente de soins, allongée sur un banc de fortune, sa fille veillant sur elle nuit et jour.
Elle est décédée le matin du 5 février.

Le père et la fille ont été transférés dans différents centres de quarantaine le soir du 8 février.

Mme Zhang à déclaré que de nombreux patients ne pouvaient pas être hospitalisés faute de place. Leur seule option est de camper à l’hôpital, souvent en dormant à même le sol en raison du grand nombre de personnes qui attendent, en espérant qu’un lit soit libéré, a-t-elle dit.

Mme Chen est originaire du district de Qiaokou à Wuhan. Elle a déclaré à l’édition anglaise du journal Epoch Times que sur six personnes que comprend sa famille, seul son père n’a pas été infecté.

« C’est une course contre la montre », a déclaré Mme Chen. Elle-même est infectée, mais elle fait tout ce qu’elle peut pour trouver un lit d’hôpital pour sa mère, qui est la plus gravement atteinte.

Hôpital de Huoshenshan

L’hôpital de Huoshenshan a été rapidement construit après l’épidémie afin d’accueillir le nombre croissant de patients. Le 3 février, il a commencé à fonctionner comme un établissement destiné au traitement des patients dans un état grave. Tout le personnel en activité est issu de l’armée chinoise.

Le 8 février, un internaute anonyme a posté des photos, prétendant qu’elles proviennent de l’hôpital de Huoshenshan, sur la plateforme de médias sociaux 4Chan. Il a dit qu’il était un laborantin à l’hôpital de Huoshenshan. Afin de prouver ses propos, il a publié une photo, où quelqu’un, la main enfilée dans un gant de laboratoire, tient une note avec la date écrite dessus.

Il a écrit dans sa note : « La situation est bien pire que vous ne le pensez. Les décès de coronavirus signalés sont juste des décès de type subit, pas des décès de type pneumonique. »

Il a dit que le personnel déplace les patients de 200 à 400 chambres chaque jour, mais on ne sait pas très bien où ils sont envoyés. Selon la configuration de l’hôpital, il y a deux patients par chambre.

« 99 % des patients souffrant de pneumonie sont partis et ne sont pas revenus », a-t-il écrit. « Le taux de mort subite due à la fièvre est proche de 30 % et il n’y a aucun symptôme, mais le taux de diagnostic est de 5 à 10 %. »
Son identité et les informations révélées n’ont pas pu être vérifiées de manière formelle.

RECOMMANDÉ