Wuhan, l’épicentre du virus du PCC, est également un centre important de transplantation d’organes

Par Epoch Times
13 juin 2020
Mis à jour: 14 juin 2020

La ville de Wuhan, au centre de la Chine, est non seulement le point d’origine du virus du PCC*, mais aussi un point chaud de l’industrie chinoise de la transplantation d’organes.

En 2015, l’ancien vice-ministre chinois de la Santé, Huang Jiefu, a déclaré lors de la conférence chinoise sur les transplantations d’organes qui s’est tenue à Wuhan : « Sans Hubei, sans Wuhan, il n’y aurait pas de transplantations d’organes en Chine. »

Selon des documents internes obtenus par Epoch Times qui ont fait l’objet d’une fuite, l’hôpital Tongji de Wuhan s’est classé parmi les meilleurs en matière de transplantation d’organes en Chine : 1er pour les transplantations de reins, 5e pour les transplantations de foie et 3e pour les transplantations de cœur.

Wuhan est la 9e plus grande ville de Chine, et l’hôpital Tongji n’est que l’un des hôpitaux de la ville.

Des documents internes de l’hôpital de Tongji exposent le volume troublant de transplantations d’organes de l’hôpital au cours des dernières années.

L’un des documents internes montre que l’hôpital de Tongji est l’hôpital qui, dans tout le pays, a le plus grand nombre de dons après décès cardiaque (DCD) utilisés dans les interventions de transplantation rénale pendant trois années consécutives, de 2015 à 2017.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Un autre document interne de l’hôpital de Tongji montre que le nombre de transplantations de reins est stupéfiant. En 2016, il est devenu le premier centre de transplantation en Chine avec un cumul de plus de 6 000 transplantations rénales.

En outre, le nombre de greffes de rein à l’hôpital de Tongji a augmenté en 2015, 2016 et 2017. Le nombre de greffes de reins en 2015 était proche de 350, soit une augmentation d’environ 100 cas par rapport à l’année précédente. Le nombre de greffes de reins a atteint un pic en 2016, soit environ 460 cas.

Le 10 avril 2019, le Hubei Daily a rapporté que le nombre de greffes de cœur et de rein à Wuhan était parmi les plus élevés de Chine. L’hôpital de Tongji procède à au moins une greffe par jour. Selon le site officiel de l’hôpital de Tongji, l’hôpital a réalisé jusqu’à présent plus de 6 000 transplantations de reins, près de 2 000 transplantations de foie, plus de 200 transplantations de cœur et près de 200 double-transplantations pancréas-reins.

Après que le Parti communiste chinois (PCC) a annoncé la suspension de l’utilisation des organes des condamnés à mort en 2015, un grand nombre de transplantations ont encore été réalisées à Wuhan.

Illustration 1

Des documents internes de l’hôpital de Tongji (Illustration 1) montrent qu’en 2014, il y a eu 154 cas de transplantations de rein et 73 cas de transplantations de foie de DCD ; en 2015, il y a eu 291 cas de transplantations de rein et 101 cas de transplantations de foie de DCD ; en 2016, 356 cas de transplantations de rein et 111 cas de transplantations de foie de DCD.

Cependant, que ce soit à Wuhan, à Hubei ou dans tout le pays, le nombre de dons d’organes volontaires est extrêmement limité.

Selon un rapport du Hubei Daily du 10 avril 2019, Wuhan a besoin de 1 600 organes donnés chaque année, dont 500 pour le seul hôpital de Tongji, alors que la ville entière ne reçoit qu’environ 300 organes donnés chaque année. Il existe un énorme fossé entre les dons et la demande.

Les médecins de l’hôpital de Tongji participent au prélèvement forcé d’organes

Wang Zhiyuan, président de l’Organisation mondiale d’enquête sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG), a déclaré à Epoch Times que les médecins et les infirmières de l’hôpital de Tongji ont admis avoir utilisé des organes prélevés sur des pratiquants de Falun Gong. « Nous avons l’enregistrement de la conversation téléphonique pour le prouver », a déclaré M. Wang.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline spirituelle qui est sévèrement persécutée en Chine depuis 1999. Ils constituent la majorité des prisonniers de conscience détenus dans les prisons et les centres de détention chinois. Un tribunal populaire indépendant a déterminé en 2019 que les pratiquants du Falun Gong restent la principale source d’organes dans l’industrie chinoise de la transplantation à but lucratif.

En 2006, un enquêteur du WOIPFG a appelé l’Institut de transplantation d’organes de l’hôpital de Tongji et a demandé s’il était possible de trouver un donneur qui pratiquait le Falun Gong. La personne qui a répondu a dit : « Oui, bien sûr, pas de problème. Quand vous serez prêt, vous pourrez venir directement et nous en discuterons en détail. »

Dans une autre enquête secrète, le 12 octobre 2015, un médecin surnommé Dr Gong du département de chirurgie cardiothoracique de l’hôpital de Tongji a déclaré avoir utilisé des organes de pratiquants de Falun Gong pour la transplantation, et les donneurs ont été envoyés à l’hôpital depuis des prisons ou des camps de travail. « Le directeur Wei de notre département a assigné une équipe dédiée à cette tâche, et l’équipe est dirigée par le professeur Zhu », a-t-il déclaré.

Le Dr Gong a également déclaré que son département réalisait parfois cinq transplantations cardiaques en une semaine. Parfois, ils avaient deux opérations en une journée.

Le 7 juin 2017, un chirurgien nommé Dr Mao, à l’hôpital de Tongji, a répondu à l’appel de l’enquête secrète, en disant : « L’année dernière, nous avons eu plus de 100 transplantations de foie et 400 à 500 transplantations de rein. Nous sommes les premiers du pays en matière de greffes de reins. »

Lorsque la police de Wuhan maltraite les pratiquants de Falun Gong détenus, elle les menace souvent d’extraire leurs organes.

Zhang Su, un pratiquant de Falun Gong à Wuhan, a déclaré à Epoch Times qu’un policier l’avait intimidé en disant : « Nous pouvons facilement vous tuer comme on tue une mouche. Si nous vous emmenons pour vous faire exécuter, personne à l’extérieur ne le saura. Si nous vous prélevons les organes et que nous disons aux autres que vous vous êtes suicidé, qui peut savoir ce qui s’est réellement passé ? »

Selon un rapport de Minghui du 27 mai 2019, la police est venue chercher Zhang Bo, pratiquant de Falun Gong, et cinq autres pratiquants sur leur lieu de travail le 26 décembre 2018. Au poste de police de Yujiatou à Wuhan, ces six pratiquants ont été contraints de subir un examen physique. Chacun d’eux a subi une prise de sang de plusieurs centaines de millilitres, et les médecins ont également vérifié les indices de santé de leur foie, de leurs reins, de leur cœur et de leurs poumons. Ils ont également subi un examen des yeux pour vérifier leur cornée. Ces six pratiquants étaient tous de jeunes hommes et considérés comme des « donneurs de qualité ».

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ