Wuhan lève la quarantaine malgré une augmentation du nombre de patients détectés

Par Nicole Hao
8 avril 2020
Mis à jour: 18 mars 2021

Alors que Wuhan, l’épicentre de l’épidémie en Chine, lève toutes les restrictions de voyage à partir du 8 avril, les habitants rapportent que beaucoup sont encore infectés par le virus du PCC*, communément appelé nouveau coronavirus.

D’autres porteurs asymptomatiques sont détectés ; pendant ce temps, les hôpitaux de Wuhan laissent sortir les patients atteints du Covid-19 avant qu’ils ne soient complètement rétablis. Certains analystes chinois craignent qu’une flambée plus importante ne soit inévitable une fois que les mesures de quarantaine auront été assouplies, d’autant plus que les autorités de Wuhan encouragent les gens à reprendre le travail.

Les entreprises ont fermé le 23 janvier, la ville ayant été mise en quarantaine pour empêcher le virus du PCC (Parti communiste chinois) de se propager davantage.

Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la gestion déplorable du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine avant d’être transmis dans le monde entier.

Complexes résidentiels

Le gouvernement de Wuhan a publié un avis le 7 mars, déclarant que les zones n’ayant pas connu de nouvelles infections au cours des 14 derniers jours sont désignées « exemptes de virus ».

Les résidents des complexes résidentiels « sans virus » peuvent quitter leur domicile pour des besoins essentiels. Un membre de chaque ménage peut sortir de son complexe résidentiel pendant deux heures par jour.

Les personnes qui vivent dans les complexes résidentiels sans le titre « sans virus » ne sont pas autorisées à sortir.

Le 6 avril en fin de journée, le média public Xinhua signalait que le gouvernement provincial du Hubei avait déclaré que 70 complexes résidentiels avaient perdu leur titre « sans virus » après la découverte par les autorités de porteurs asymptomatiques qui y vivaient. En outre, 87 quartiers, 2 villages et 11 agglomérations de Wuhan ont perdu leur titre « sans virus ». Wuhan est la capitale de la province du Hubei.

Le 5 avril, au moins cinq complexes résidentiels de Wuhan ont publié des avis concernant des personnes dont on avait découvert qu’elles étaient porteuses asymptomatiques. Par exemple, le complexe résidentiel de Huanong Xiyuan, dans le district de Hongshan, a découvert que 2 résidents de bâtiments différents avaient été diagnostiqués comme porteurs asymptomatiques les 2 et 4 avril après s’être rendus à l’hôpital pour d’autres affections.

Depuis plusieurs semaines, le gouvernement central a signalé des taux de nouvelles infections domestiques allant de zéro à un nombre à un chiffre dans l’ensemble de la Chine. Par exemple, pour le 6 avril, il n’a signalé aucune nouvelle infection domestique et 21 nouveaux porteurs asymptomatiques.

Mais des interviews de citoyens chinois et des rapports internes obtenus par Epoch Times ont révélé que les autorités locales sous-estiment souvent les cas. Un ensemble de données des autorités sanitaires de Wuhan a montré que la ville a testé 16 000 échantillons de patients le 14 mars, dont 373 se sont révélés positifs. Mais les autorités n’ont enregistré publiquement que quatre infections pour cette journée.

Un habitant de Wuhan dont la mère travaille dans un hôpital local a également fait part de la situation actuelle dans une vidéo en ligne : « [Ma mère] m’a dit qu’à l’heure actuelle, son hôpital reçoit plusieurs nouveaux patients du Covid-19 par jour. Mais le gouvernement n’autorise pas l’hôpital à le signaler. […] Beaucoup de gens ont relâché leur vigilance [sur la distanciation sociale] parce qu’il n’y a pas de nouvelles infections[.]  [Cela] permet au virus de se propager plus rapidement ».

Certaines autorités mettent également en garde les habitants de la ville de ne pas prendre la situation à la légère. Le Yangtze Daily, quotidien d’État, a cité la police de la circulation de Wuhan qui a déclaré le 7 avril : « La levée de l’interdiction de circuler ne signifie pas que l’épidémie soit terminée. Les habitants de Wuhan doivent faire de leur mieux pour rester chez eux s’ils n’ont pas besoin de quitter Wuhan ni de retourner au travail. »

Pendant ce temps, le commentateur des affaires chinoises Tang Jingyuan, basé aux États-Unis, a déclaré à Epoch Times que la reprise du travail et de la production faisait également partie de la mission politique de Pékin.

« Le modèle de Wuhan [qui consiste à fermer une ville] […] a coupé l’économie. Il a nui au système financier du pays, et constitue donc une grande perte de pouvoir », a déclaré M. Tang. « Le régime chinois est désireux de restaurer son système économique et de créer l’illusion que les choses sont revenues à la normale. »

Mais alors que les gens retournent au travail, M. Tang s’inquiète de la possibilité d’une nouvelle épidémie. « Avec le nombre croissant de personnes qui voyagent dans la ville et même dans le pays, la prochaine épidémie de grande ampleur ne peut pas être évitée. »

Démobilisation forcée

Gu Xiangpeng, 69 ans, est un ancien professeur et un pianiste. Il a développé les symptômes du virus du PCC le 24 janvier et a été envoyé à l’hôpital de Wuhan Tongji pour y être soigné.

Après que M. Gu a été testé négatif lors d’un test d’acide nucléique, le 6 avril, il a reçu son congé de l’hôpital et a été envoyé à l’hôpital de santé maternelle et infantile, qui avait été converti en centre de quarantaine.

Le jour suivant, la fille de M. Gu a posté sur Weibo, une plateforme chinoise de médias sociaux semblable à Twitter, que M. Gu avait subi une trachéotomie après une lésion de sa trachée causée par le virus. Il a besoin d’une aspiration des expectorations toutes les heures. Une partie de son cerveau présentait des tissus morts en raison d’une insuffisance de sang dans cette zone. Un côté de son corps ne peut ni bouger ni sentir, et il ne peut pas non plus manger, écrit-elle.

Après le transfert de M. Gu au centre de quarantaine, les infirmières ont déclaré qu’elles n’avaient aucune expérience dans le traitement de quelqu’un comme M. Gu et qu’elles ne pouvaient pas procéder à l’aspiration des expectorations.

L’hôpital de la santé maternelle et infantile « a rapidement émis un avis de crise médicale [au père de M. Gu], peut-être parce qu’ils savaient qu’ils ne pouvaient pas traiter mon père », a écrit la fille de M. Gu. Ce type d’avis sert généralement à informer les membres de la famille du patient de la possibilité d’un décès.

La fille de M. Gu a essayé de faire admettre M. Gu dans un hôpital, mais aucun n’a voulu le recevoir. « L’hôpital traitant les patients Covid-19 l’a rejeté parce que le test de son kit de diagnostic était négatif. Un hôpital non Covid a refusé de le traiter parce qu’il venait de sortir d’un hôpital Covid », a déclaré la fille.

Le 7 avril, la femme de M. Gu, Xie, a déclaré à Radio Free Asia (RFA) qu’après que ce post dans les médias sociaux a attiré l’attention, M. Gu a été autorisé à entrer à l’hôpital de Tongji.

RFA mentionne des initiés qui ont déclaré que les hôpitaux sont maintenant tenus de laisser sortir leurs patients Covid-19 pour se conformer au souhait des autorités de déclarer que le virus a été maîtrisé avec succès.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ