Le yin et le yang : le chemin vers une vie équilibrée

Ce concept ancien s'est avéré à la fois prémonitoire et pratique, comme l'affirme la recherche moderne
Par Conan Milner
16 juin 2020
Mis à jour: 16 juin 2020

Il suffit de se tenir sur un pied pendant quelques secondes pour que la vie devienne immédiatement gênante, voire précaire. Une fois que vous êtes de nouveau en équilibre, les deux pieds fermement posés sur le sol, la force, la stabilité et l’harmonie reviennent.

C’est la leçon du yin et du yang.

Le yin et le yang sont symbolisés par le taiji, un cercle composé de deux parties en forme de larmes, l’une noire, l’autre blanche. Chacune des deux parties contient un plus petit cercle de la couleur opposée.

Bien connu de nos jours, l’origine de ce symbole énigmatique remonte à des millénaires et est un des fondements de la sciences et la culture de la Chine antique. La plus ancienne référence connue au yin et au yang provient du Yi Jing (Livre des mutations) – une pratique de divination mystique vieille d’au moins 3 500 ans.

Le symbole représente la croyance que tout dans l’univers est constitué de deux forces opposées, mais complémentaires. Froid, chaud ; haut, bas ; humide, sec. La traduction littérale du yin-yang est obscurité-clarté. Ce concept est inspiré d’une montagne, dont un côté est éclairé par le soleil, tandis que l’autre est dans l’ombre. Les caractères yin 陰 et yang 陽 ont été employés dans les textes les plus anciens, indépendamment l’un de l’autre, avec pour le premier la valeur de « sombre, humide », et de « versant ensoleillé d’une montagne » pour le second. Si la scène était trop claire ou trop sombre, la montagne serait difficile à voir. Mais un équilibre entre la lumière et l’ombre donne à la montagne sa définition, sa clarté et sa raison d’être.

Cependant, tout le monde ne saisit pas l’essentiel de la dichotomie obscurité-lumière au début. Selon Brandon LaGreca, médecin chinois et directeur de la société East Troy Acupuncture dans le sud-est du Wisconsin, la plus grande erreur que l’on puisse faire sur la relation yin-yang est de l’interpréter à tort comme une lutte du bien contre le mal.

« Plutôt que des opposés en conflit, pensez plutôt à deux forces opposées, mais complémentaires », a déclaré M. LaGreca. « Nous avons besoin des deux. L’un n’est pas meilleur que l’autre. A priori, le yang est masculin et le yin est féminin, mais il faut les deux pour avoir une espèce. »

Pour mieux comprendre la relation yin-yang, revenons au début de son ancienne histoire d’origine. Dans la théorie taoïste, l’univers commence par le vide, ou wuji, symbolisé par un cercle vide. Du wuji vient le taiji, et du taiji émerge toute chose. Une fois que vous vous êtes familiarisé avec ces deux forces complémentaires, vous pouvez en trouver des exemples philosophiques partout autour de vous : la terre et le ciel, la nuit et le jour, l’hiver et l’été, les plantes et les animaux, le roulement des vagues qui s’écrasent contre le rivage rocheux.

Alors que les scientifiques modernes trouvent leurs propres façons de comprendre le monde, ils ont également trouvé des éléments qui confirment le concept du yin et du yang : les charges positives et négatives des éléments atomiques, la réaction égale et opposée de la troisième loi du mouvement de Newton, la croissance et le déclin de tous les organismes et systèmes qui sont parfois décrits comme entropie et atrophie.

Lorsque le yin et le yang sont en équilibre, la vie s’épanouit grâce au flux créatif de la loi naturelle. Mais lorsque ces forces sont déséquilibrées, la force vitale devient déformée et statique. Avec le temps, ce déséquilibre conduit à la maladie et à la destruction.

La médecine chinoise consiste à considérer le corps humain comme un représentant de ces forces élémentaires et à proposer des stratégies complémentaires pour les maintenir en équilibre. « C’est au cœur de notre médecine », a dit M. La Greca. « Cela reflète notre façon de penser avec une fidélité inégalable. Et à partir de ce qui ressort [des observations qu’on peut faire en lien avec cette théorie – ndlt], nous pouvons ensuite procéder à un diagnostic et un traitement appropriés. »

Cette approche n’est pas différente de celle recherchée par d’autres types de médecins et par le corps lui-même. La médecine occidentale a le concept d’homéostasie, la tendance d’un corps sain à évoluer vers un équilibre relativement stable entre ses nombreux éléments interdépendants. Nous avons des processus physiologiques sans fin qui fonctionnent pour créer des homéostasies, comme les hormones qui déclenchent notre faim et d’autres qui l’effacent, ou les cellules immunitaires qui déclenchent notre réponse immunitaire lorsqu’elles sentent un danger et d’autres qui l’éteignent lorsque le danger passe.

Avant que les tests sanguins et les scanners n’existent, les médecins de l’Antiquité se fiaient à leur propre observation sensorielle pour déterminer comment le corps était en dysharmonie. Le principe du yin et du yang offre une méthode pratique pour détecter et corriger les déséquilibres de l’organisme. Aucun équipement n’est nécessaire, mais le sens de l’équilibre est indispensable.

L’observation du corps à travers la lentille du yin et du yang révèle de nombreuses relations complémentaires. Par exemple, l’intérieur du corps est de nature yin, l’extérieur est yang. L’avant du corps est yin, l’arrière est yang. La moitié inférieure du corps est yin, et la moitié supérieure est yang.

Si vous allez chez un acupuncteur pour traiter votre mal de tête, il peut sembler contre-intuitif de le voir insérer des aiguilles dans vos pieds, jusqu’à ce que vous réalisiez la technique en action.

« Si quelqu’un manifeste des symptômes qui se manifestent dans la tête et le cou, alors peut-être devons-nous contrebalancer cela en le mettant au sol et en faisant plus de points d’acupuncture sur la partie inférieure du corps. C’est le yin et le yang qui se manifestent », a déclaré M. LaGreca.

Ce même équilibre se retrouve dans tous les aspects de la médecine chinoise. Les herbes, par exemple, sont chacune classées selon leurs propriétés yin et yang spécifiques. Les caractéristiques des différentes herbes sont équilibrées en combinaison pour créer les formules chinoises classiques. Chaque formule est choisie pour s’adapter au schéma complémentaire des symptômes d’un patient.

« Nous considérons généralement le yang comme un réchauffement et le yin comme un refroidissement », a déclaré M. LaGreca. « Donc les herbes qui ont une fonction de réchauffement dans le corps, comme le gingembre ou le poivre, vont apporter le yang dans le corps. Elles vont augmenter la circulation et produire de la transpiration. Les herbes qui sont amères, ce qui signifie qu’elles descendent dans le corps et sont froides, sont davantage liées au yin. »

Les aliments sont classés de la même manière selon leur nature yin ou yang. Les fruits, les légumes et les céréales sont généralement du côté yin, tandis que la viande et les œufs sont plutôt du côté yang. Lorsque le but de la nourriture est d’apporter un équilibre au corps, le choix de ce qu’il faut manger varie selon les individus.

« C’est basé sur la constitution de quelqu’un », a déclaré LaGreca. « S’ils ont une constitution faible, ils doivent être renforcés, et ont besoin de plus de nourriture yang. S’ils ont une constitution très chaude, et qu’ils ont quelque chose comme de l’hypertension, peut-être qu’ils ont besoin de plus de détoxification ou de nourriture yin. »

La médecine occidentale n’appelle pas les aliments yin ou yang, mais les chercheurs ont maintenant une meilleure compréhension de la façon dont les aliments provoquent ces dualités de réponses métaboliques. Nous avons commencé à découvrir que les aliments ont une biochimie complexe qui interagit avec notre propre biochimie de manière très variée. Certains aliments, la cannelle par exemple, fluidifient le sang tandis que les feuilles vertes pleines de vitamine K peuvent l’épaissir.

Le pouvoir du choix

Le yin et le yang ont fourni des conseils de santé depuis de nombreuses générations. Mais dans le passé, le monde était plus simple et les choix alimentaires, beaucoup plus limités. Aujourd’hui, nous sommes assiégés par des aliments qui font appel à nos sens bien plus qu’à notre subsistance.

Même avec de bonnes informations, notre capacité à trouver l’équilibre dont nous avons besoin pour vivre en bonne santé (ou ce que certains médecins qualifieraient d’homéostasie dans le corps) est constamment mise à mal. Il suffit de penser à la tentation de la malbouffe présente dans tous les supermarchés.

Surtout lorsque la vie devient très active ou stressante, les choix que nous faisons peuvent souvent miner notre équilibre, au lieu de l’aider. Il n’est pas nécessaire de pratiquer la médecine chinoise pour reconnaître ce schéma dysfonctionnel. Selon Marcelle Pick, infirmière praticienne en médecine fonctionnelle et fondatrice du centre de santé Women to Women dans le Maine, une vie saine et équilibrée commence par les choix que nous faisons.

« Pour moi, il s’agit de la danse de notre monde intérieur et de notre compréhension de nous-mêmes à l’intérieur comme à l’extérieur », a déclaré Mme Pick.

Tout ce que nous vivons peut influencer notre équilibre, pour le meilleur ou pour le pire. Bien sûr, il y a certaines choses que nous ne pouvons pas contrôler, mais il y a de nombreux facteurs que nous pouvons contrôler. Lorsque Mme Pick voit des patients, elle leur fait examiner l’éventail de leurs choix. Cela signifie qu’elle ne se contente pas de discuter des symptômes, mais qu’elle leur parle de la vie professionnelle, de la vie familiale, de l’exercice et de l’alimentation. Ces détails aident Mme Pick à déterminer quels déséquilibres peuvent être à l’origine des problèmes d’un patient et quels contrepoids peuvent être faits pour y remédier.

« C’est la clé qui me permet d’aider les gens à aller mieux. Ce matin, une femme a eu une très importante diarrhée. Nous avons parlé de son régime alimentaire et des aliments qu’elle doit éliminer. J’ai également posé des questions sur le stress qu’elle subit dans sa vie », a déclaré Mme Pick. « Je lui ai demandé si elle réfléchissait à elle-même. Faites-vous quelque chose qui vous calme ? »

Les tests de diagnostic modernes permettent d’identifier avec précision des maladies spécifiques une fois qu’elle apparaît. Mais nous ne passons généralement pas d’un état de santé à la maladie du jour au lendemain. Des semaines, des mois ou des années de stress chronique, de mauvais choix et d’expositions toxiques peuvent transformer des déséquilibres mineurs en problèmes majeurs.

C’est clairement le cas en ce qui concerne les maladies chroniques. Mais Mme Pick cite un exemple récent qui montre comment les personnes qui mènent une vie déséquilibrée peuvent aussi se rendre plus vulnérables aux maladies infectieuses.

« L’obésité est l’un des facteurs de risque du Covid-19, en raison de l’inflammation qui l’accompagne. Et aux États-Unis, nous avons une population de 40 à 50 % qui est en surpoids », a-t-elle déclaré. « Beaucoup de ces personnes étaient sujettes, car elles suivaient déjà une mauvaise alimentation, un manque d’exercice, de l’hypertension et plusieurs médicaments. »

« Aussi étrange que cela puisse paraître, le Covid nous indique que nous devons avoir un équilibre », a déclaré Mme Pick. « Parce que si nous ne le faisons pas, notre système immunitaire ne fonctionnera pas comme il le devrait, et nous pouvons avoir des problèmes importants. »

Les personnes qui risquent le plus de mourir d’une infection au Covid-19 sont celles dont le système immunitaire est affaibli. Leur système immunitaire réagit de façon excessive à l’infection, et une pléthore de cellules immunitaires connues sous le nom de cytokines submerge l’organisme. L’équilibre subtil qui active et désactive leur réponse immunitaire pour créer un équilibre dans l’organisme ne fonctionne pas, souvent parce qu’il a été activé trop longtemps en raison d’une maladie et d’une mauvaise alimentation au cours de leur vie.

Mais même les effets de la pandémie de Covid-19 sont opposés, comme le prédiraient le yin et le yang. Si la maladie a bouleversé les communautés de manière néfaste, il existe également des signes de guérison à d’autres égards.

Mme Pick note que malgré la peur et l’angoisse provoquées par une pandémie mondiale et un confinement généralisé, l’événement a également apporté des changements étonnants et inattendus sur la planète. Par exemple, plusieurs villes autrefois en proie à la pollution ont vu leur ciel s’éclaircir comme jamais depuis des décennies.

« Pour chaque côté sombre, il y a aussi un côté lumineux », a-t-elle déclaré. Ce que je dis à mes patients, c’est : « Que pouvez-vous en retirer ? Qu’est-ce que vous ne voulez plus ? Et qu’est-ce que vous voulez de plus en allant de l’avant ? C’est l’équilibre. »

Pour beaucoup de gens, des mois de confinement ont signifié plus de temps libre pour réfléchir à ces grandes idées. Mais tout le monde n’a pas eu ce luxe. Pour ceux qui sont encore trop tendus, il est important de prendre quelques instants pour soi, même si la vie est très chargée. Selon elle, un peu de temps personnel peut faire une différence dans votre santé mentale et physique.

« Faites ce que j’appelle la respiration 777. Inspirez pendant sept secondes, retenez la respiration pendant sept secondes, expirez pendant sept secondes. Faites-le sept fois », dit-elle. « Vous pouvez prendre cinq minutes deux fois par jour pour le faire, ou trois fois par jour. Nous devons trouver nous-mêmes certains éléments de cette méthode, car ce qui fonctionne pour moi ne fonctionne pas pour vous. Nous devons découvrir quelle est notre propre rythme. »

Une autre façon simple et directe d’aider à équilibrer votre corps est le mouvement. Selon M. LaGreca, les personnes léthargiques qui pratiquent le yin ont souvent besoin de mouvements plus vigoureux, comme nager ou rebondir sur un trampoline. De même, les personnes trop agitées peuvent bénéficier d’une activité plus yin ou à effet calmant, comme un type de yoga doux.

En fin de compte, il n’existe pas de solution unique en matière d’équilibre. Au lieu de cela, il vous faut toujours être capable d’envisager ce dont vous avez besoin et de choisir une activité appropriée.

« Si quelqu’un est en surpoids et n’a pas fait d’exercice depuis un certain temps, il doit peut-être commencer par une marche douce, qui sera pour lui du yang. Pour quelqu’un qui est déjà un athlète, une marche en douceur sera plus yin pour lui », a déclaré M. LaGreca. « Il faut toujours y penser dans le contexte de la constitution de la personne. Ce qui peut être du yang pour une personne peut être du yin pour une autre. »

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ