YouTube retire à nouveau une interview de Donald Trump

Par Zachary Stieber
22 février 2021
Mis à jour: 23 février 2021

YouTube a supprimé une interview récemment enregistrée de l’ancien président américain Donald Trump dans le cadre de la dernière action de Google contre les conservateurs.

Un porte-parole de Newsmax a écrit un e-mail à Epoch Times expliquant que l’entreprise avait été informée que l’interview du 17 février avait été retirée parce qu’elle violait les directives de la communauté de YouTube.

Un porte-parole de Google a fait savoir à Epoch Times par e-mail : « Nous avons des directives communautaires claires qui régissent les vidéos qui peuvent rester sur YouTube, et nous appliquons nos directives communautaires de manière cohérente, quel que soit l’intervenant et sans tenir compte des points de vue politiques. »

« Conformément à notre politique d’intégrité des élections présidentielles, nous avons retiré cette vidéo de la chaîne de télévision Newsmax », a ajouté le porte-parole.

L’ensemble des politiques citées visent à prévenir le spam, les escroqueries et les pratiques trompeuses, affirme la société californienne. Elles comprennent une politique mise en œuvre à la fin de l’année dernière. En annonçant cette politique, Google a déclaré qu’il supprimerait « les contenus qui induisent les gens en erreur en alléguant que des fraudes ou des erreurs généralisées ont modifié le résultat de l’élection présidentielle américaine de 2020 ».

Donald Trump, lors de l’interview accordée à Newsmax, a notamment affirmé avoir remporté l’élection de 2020.

Donald Trump a fait des affirmations similaires dans des interviews avec Fox News cette semaine. Celles-ci restent sur YouTube.

L’ancien président américain s’est également entretenu avec One America News. Ce réseau n’a pas mis en ligne de vidéos depuis environ un mois.

Newsmax a ensuite mis en ligne une vidéo de l’animateur Greg Kelly, qui a interviewé Trump, résumant et diffusant des parties de l’interview. Cette vidéo reste en ligne.

Une femme avec un smartphone passe devant un panneau publicitaire pour YouTube à Berlin le 27 septembre 2019. (Sean Gallup/Getty Images)

YouTube a multiplié les actions contre des conservateurs de premier plan et d’autres personnes l’année dernière à la veille de l’élection présidentielle, intensifiant encore l’application de la loi juste avant le Nouvel An.

Fin 2020, YouTube a bloqué les publicités de la campagne Trump, alléguant une fraude électorale, et a retiré une déclaration faite par l’un de ses avocats lors d’une audience du Congrès.

En janvier, YouTube a retiré le contenu de la chaîne de Donald Trump et l’a suspendu parce que les vidéos étaient en violation des « politiques d’incitation à la violence », a dit un porte-parole à Epoch Times.

YouTube a par la suite prolongé la suspension, qui se poursuit à ce jour.

En outre, Twitter et Facebook ont bannit Donald Trump.

Donald Trump a lancé sa propre plateforme de médias sociaux, en disant à Newsmax que « nous négocions avec un certain nombre de personnes, et il y a aussi l’autre option de construire son propre site ».

Donald Trump a déclaré qu’il envisageait de s’installer sur Parler, un concurrent de Twitter, mais qu’il pensait que la nouvelle plateforme ne pourrait pas traiter le trafic qu’il apporterait.

Parler a été viré des serveurs d’Amazon le mois dernier, mais il est récemment réapparu après avoir conclu un accord avec un nouvel hébergeur.

Le nouveau PDG de Parler a récemment déclaré que Donald Trump est le bienvenu sur le site, comme n’importe qui d’autre.

« Si Donald Trump veut venir ici et participer à la liberté d’expression, il sera le bienvenu sur la plateforme », a déclaré Mark Meckler.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ