YouTube supprime le contenu alléguant une fraude à l’élection présidentielle

Par Jack Phillips
10 décembre 2020
Mis à jour: 10 décembre 2020

YouTube a annoncé qu’à partir du 9 décembre, il bloquera et supprimera les contenus qui contiennent des déclarations « alléguant une fraude ou des erreurs généralisées qui ont changé le résultat d’une élection présidentielle américaine historique ».

La société propriétaire de Google a déclaré que c’était parce que la date limite de la « sphère de sécurité » pour l’élection présidentielle du 8 décembre était passée, affirmant que « suffisamment d’États ont certifié leurs résultats électoraux ».

Toutefois, il reste des contestations judiciaires en suspens, dont une devant la Cour suprême, qui pourraient changer le résultat de l’élection. La déclaration de YouTube n’en fait pas mention, ni de la date du vote du collège électoral du 14 décembre.

Epoch Times n’a pas déclaré de vainqueur pour l’élection.

Mais selon la société basée à San Bruno, en Californie, « nous commencerons à supprimer tout contenu ajouté aujourd’hui (ou n’importe quand après) qui induit les gens en erreur en alléguant que des fraudes ou des erreurs généralisées ont changé le résultat de l’élection présidentielle américaine de 2020, conformément à notre approche des élections présidentielles américaines historiques ».

« Par exemple, nous retirerons les vidéos prétendant qu’un candidat à la présidence a gagné l’élection en raison de dysfonctionnements logiciels ou d’erreurs de dépouillement généralisées. Nous allons commencer à appliquer cette politique dès aujourd’hui, et nous allons l’intensifier dans les semaines à venir », a écrit le cabinet. « Comme toujours, les reportages et les commentaires sur ces questions peuvent rester sur notre site s’il existe un contexte éducatif, documentaire, scientifique ou artistique suffisant. » Elle n’a pas précisé le contexte nécessaire.

La société a ensuite déclaré qu’elle « guidera » les gens vers des « informations faisant autorité » fournies par des organes d’information d’entreprise tels que ABC, CBS, NBC ou CNN. Au cours du mois passé depuis l’élection, ces organes d’information ont peu couvert les procès ou les allégations de fraude électorale.

Epoch Times a contacté l’équipe du président Donald Trump pour obtenir ses commentaires.

Sur Twitter, l’annonce de YouTube a été critiquée par les commentateurs conservateurs, qui ont déclaré que la société s’engageait dans la censure.

« YouTube a déclaré qu’il vous est désormais interdit de critiquer la gestion des élections par le gouvernement », a écrit Jack Posobiec de l’OANN. Il y a plusieurs semaines, la chaîne YouTube de l’OANN a été suspendue et démonétisée.

Cette décision ne manquera pas de susciter la colère de certains membres du Congrès et de Trump lui-même, qui ont suggéré ces dernières semaines que les entreprises de médias sociaux et de technologie ne devraient pas bénéficier de la protection de la loi fédérale sur l’article 230. Les législateurs des partis républicain et démocrate ont signalé que la loi devrait être réécrite ou abrogée, arguant qu’elle protège ces entreprises de toute responsabilité.

Les détracteurs de cette mesure affirment qu’elle permet aux entreprises de haute technologie de passer à travers la censure et de prendre de mauvaises décisions en matière de modération du contenu. De nombreux conservateurs ont déclaré que YouTube et d’autres sociétés de médias sociaux s’étaient engagées à censurer les points de vue pro-Trump ou conservateurs.

Un recours intenté en octobre 2020 contre YouTube a indiqué que l’entreprise avait enfreint à plusieurs reprises ses propres conditions de service en supprimant ses pages ou en les suspendant sans motif et sans lui en donner la raison.

« Les plaignants restent perplexes quant à ce qui, spécifiquement dans leur contenu, les a amenés à participer au vaste mouvement de retrait de la plateforme, en dehors du fait qu’il s’agit de chaînes d’information conservatrices ayant une large audience », a écrit l’avocat M. Cris Armenta dans la plainte, qui a été déposée devant le tribunal fédéral de Californie au nom de plusieurs plaignants. Armenta a fait valoir que YouTube avait violé leurs droits au Premier Amendement, affirmant qu’elle « s’était engagée dans une action de l’État en capitulant devant la coercition du gouvernement » pour purger les comptes.

Focus sur la Chine – Expert : pourquoi la Chine a peur de Trump ?

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ