YouTube supprime une partie des « Je n’aime pas » des vidéos de Joe Biden et affirme que c’est du spam

Par Petr Svab
22 janvier 2021
Mis à jour: 23 janvier 2021

YouTube a supprimé ce qui semble être des milliers de « je n’aime pas » des vidéos de la chaîne officielle de la Maison-Blanche du président Joe Biden.

L’entreprise a dit que cela faisait partie de ses efforts habituels de supprimer les opinions qu’elle considère comme non authentiques.

Les gens de la plateforme ont remarqué que les « je n’aime pas » ont disparu par milliers de plusieurs vidéos de la Maison-Blanche et ont commencé à afficher des captures d’écran « avant et après » sur les médias sociaux peu après que le nouveau gouvernement de Biden a repris la chaîne et publié ses premières vidéos.

Les captures d’écran indiquent qu’au moins 16 000 « je n’aime pas » au total ont été supprimés d’au moins trois vidéos. Même après les ajustements, les cinq vidéos de la chaîne avaient environ 14 000 « j’aime » combinés contre près de 60 000 « je n’aime pas » à 15 h 30 le 21 janvier.

En réponse à une capture d’écran de l’une des vidéos, YouTube a dit à Epoch Times qu’elle surveillait les opinions sur le site pour détecter et supprimer les activités qu’elle considère comme du spam afin que seules les opinions qu’elle considère comme organiques demeurent. Le mécanisme a fonctionné comme prévu dans le cas de la vidéo de Joe Biden, a dit la société.

« YouTube supprime régulièrement les spams que vous aimez ou n’aimez pas dans vos vidéos », avait dit l’entreprise dans un tweet de 2019. « La mise à jour des chiffres peut prendre jusqu’à 48 heures. »

On ne sait pas très bien comment YouTube distingue une opinion authentique d’une opinion non authentique. L’entreprise n’a pas répondu immédiatement à une demande de précisions.

YouTube et son propriétaire, Google, sont depuis longtemps accusés de partialité politique. Les entreprises ont souligné que leurs produits sont développés et gérés comme étant politiquement neutres, mais les comptes employé et les fuites de documents internes indiquent que les entreprises infusent effectivement leur politique dans leurs produits.

Google a fait basculé des millions de votes lors de l’élection présidentielle du 3 novembre 2020 en faisant la promotion de son programme politique à ses utilisateurs, selon le psychologue Robert Epstein, qui a réuni une équipe de plus de 700 électeurs pour surveiller les résultats qu’ils recevaient des réseaux tels que les résultats de moteur de recherches, les rappels, les suggestions de recherche et les flux d’informations avant l’élection.

Au lendemain de l’élection, YouTube a interdit tout contenu qui affirmait que l’élection avait été volée par la fraude, une allégation soulevée par l’ancien président Donald Trump ainsi que bien d’autres. L’allégation n’a pas été prouvée devant un tribunal, bien qu’elle soit soutenue par un ensemble important de preuves, notamment des centaines de déclarations sous serment et des analyses d’anomalies de statistiques.

Selon le classement d’Alexa, Google et YouTube sont les deux sites web les plus populaires au monde. Des politiciens des deux côtés de l’Atlantique ont exprimé leurs inquiétudes quant au pouvoir énorme détenu par Google et plusieurs autres géants de la technologie.

Focus sur la Chine – L’aide à la Chine réduite de moitié par les É.-U.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ