Yvelines : employés dans une clinique, ils profitaient de leur fonction pour dépouiller des patients âgés

Par Séraphin Parmentier
18 juillet 2019 Mis à jour: 18 juillet 2019

Soupçonnés d’avoir dérobé de l’argent à une dizaine de personnes âgées, deux employés de la clinique Korian Le Grand Parc de Guyancourt ont été condamnés à des peines de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Versailles.

Selon Le Parisien, une dizaine de patients de la clinique auraient fait les frais des malversations de deux frères, employés comme agents d’entretien par l’établissement, entre la fin du mois de novembre et la fin du mois de mars.

Âgés de 21 et 23 ans, les suspects utilisaient les cartes bancaires des pensionnaires pour procéder à des achats sur Internet. Ils auraient également dérobé de l’argent liquide à leurs victimes. Ils attendaient que les patients quittent leur chambre pour recevoir des soins avant de photographier les numéros des cartes bancaires avec leur téléphone et de fouiller leurs affaires à la recherche de monnaie.

Mis au courant, les policiers de l’Unité de recherches judiciaires de la Sûreté d’Élancourt ouvrent une enquête et procèdent à des réquisitions auprès d’établissements bancaires. Celles-ci leur permettront d’identifier plusieurs règlements effectués par carte bleue sur des sites de vente en ligne. Les agents n’éprouveront ensuite aucune difficulté à remonter jusqu’aux bénéficiaires via l’ordinateur utilisé pour les achats et les adresses de livraison des marchandises commandées.

Trois suspects sont rapidement interpellés : une infirmière et deux agents d’entretien de la clinique Korian Le Grand Parc. Lors des perquisitions menées au domicile des deux hommes, les enquêteurs mettent la main sur plusieurs articles de sport et des vêtements commandés sur Internet pour un montant global d’environ 1500 euros, rapporte le site actu.fr. Les deux frères finiront par reconnaître les faits qui leur sont reprochés pendant leur garde à vue, expliquant avoir cessé leurs méfaits après que leur père les avait démasqués.

Une infirmière abusée

Mise hors de cause, l’infirmière aurait été abusée par l’un des deux prévenus avec lequel elle entretenait une relation amoureuse. Il aurait en effet utilisé son ordinateur pour commander les articles qu’il réglait avec les cartes bancaires des patients de l’établissement de santé, sans que la jeune femme soit au courant de l’origine des fonds utilisés pour le paiement.

Jugé par le tribunal correctionnel de Versailles dans le cadre d’une procédure de comparution immédiate, les agents d’entretien ont tous les deux écopé de 18 mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve. Ils devront également indemniser l’ensemble des victimes.

Contacté par les journalistes du Parisien, la clinique a condamné « ces comportements inadmissibles ». D’après le quotidien, les deux hommes feraient l’objet d’une procédure de licenciement.

RECOMMANDÉ